Recherche dans le blog

Le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme - Première Partie

Publié le : 13/09/2019 20:19:16
Catégories : Articles Rss feed


Le Fils de Dieu &

Le
FILS DE L’HOMME

 

Jésus & Emmanuel


1ère Partie

 

 

«Lors d'un Sabbat, Jésus sortit avec les Siens du Temple d'un petit bourg. C'était une pauvre Maison de Dieu, pauvre était la population aux alentours, mais une particulière Solennité semblait reposer sur elle.

Jésus le sentit en pénétrant dans ce Temple. Bienveillant, Il avait regardé autour de Lui et salué le vieux prêtre, qui se réjouissait qu'un plus jeune que lui se chargeât à sa place des peines de la Lecture et de l’Explication du jour.

Ils étaient {arrivés} à Isaïe, à un Passage qu'ils savaient tous par cœur depuis leur jeunesse. Mais merveilleusement résonnèrent les Paroles familières {en sortant} de Ses lèvres:

- "Il ne brisera pas le roseau foulé, et la mèche brûlant faiblement Il ne l'éteindra pas. Il enseignera le Juste véridiquement."[1]

Seuls ces quelques Mots avai{en}t {été} lu{s} {par} Jésus, au lieu que ce soit, comme c'était autrement usuel, tout le chapitre. Alors Il {re}ferma le Livre, le donna au Serviteur du Temple et commença {à enseigner}:

- "N’est-ce pas comme si le Prophète avait dit cette Parole tout spécialement pour vous, gens de Bethsaïde? Vous êtes fatigués et vous languissez après le Secoureur, Qui fortifiera vos cœurs et relèvera vos âmes. Et s'Il Se tenait au milieu de vous - vous ne Le reconnaîtriez pas! Sans considération vous passeriez devant Lui, car vous avez appris qu'Il arrivera en grande Splendeur. Vous vous attendez à ce qu'Il soit Roi sur Terre. Maintenant, vous attendez Celui Qui vous est annoncé pour plus tard et négligez Celui Que la Miséricorde de Dieu vous envoie auparavant, afin que vous ne deviez pas périr avant que le Justicier n'arrive.".

Jésus fit, intentionnellement, une pause; l’on pouvait entendre le souffle d'une attente tendue. Là ne se trouvait personne qui se serait laissé vaincre par sa grande fatigue. Tous les yeux étaient suspendus, fascinés, à l'Orateur. Même les Disciples écoutaient {avec ferveur}, comme s'ils entendaient {quelque chose} de complètement Nouveau.

- "Lorsque vous lisez les anciens Prophètes et leurs Prédictions, chers {auditeurs}, alors vous devez être frappés de ce qu'ils disent d'abord que Celui Qui Vient apparaîtra, dans la Splendeur et l’Éclat, sur les Nuées du Ciel, entouré d'Anges. Une autre fois, cependant, ils Le décrivent simple et sans artifices. Êtes-vous donc complètement aveugles, vous les êtres humains? Si Je vous racontais qu'un Prince veut venir chez vous, vous devez vous préparer, mais si, le jour suivant, Je décris Celui Qui Vient comme tout simple, insignifiants êtres humains, que croiriez-vous donc? Que Je parle de deux Personnes complètement distinctes! Autrement vous ne pourriez pas du tout interpréter Mon Discours. Vous diriez: Ainsi Deux veulent donc venir comme Hôtes!

Oui, c'est ainsi que vous diriez, si vous vouliez tout à fait simplement suivre votre Ressenti. Mais lorsque vous lisez, dans les Prophètes, des Indications de nature différente, alors vous les tournez et les pinaillez, jusqu'à ce que vous les ayez ajustées pour une seule Personne.

Aux Prophètes, que Dieu a illuminés afin qu'ils annoncent l’à-venir pour votre Enseignement, est donné de contempler beaucoup par avance. Ils ont vu que le Fils de Dieu viendra pour le Jugement châtier le Monde, ou le détacher des chaînes du Malin, selon ce qu’il aura mérité. Mais ils ont vu aussi que ce Monde sombrerait si vite que le Fils de Dieu ne trouverait plus personne à juger ou à sauver, si la Miséricorde de Dieu n'y mettait pas un Arrêt.

Ils ont pu contempler que Dieu enverrait un Fils, que Celui-ci apporterait la Lumière à l'Univers en perdition! C’est l'Autre, devant Lequel vous passez sans {y faire} attention. À présent, le Temps de ce Fils de Dieu est arrivé, et vos yeux ne veulent pas Le voir, vos oreilles se ferment à Ses Paroles. Êtres humains, êtres humains, comment dois-Je vous le dire de manière encore plus pressante: Le Royaume des Cieux est arrivé, ainsi que Jean l'a prêché, ouvrez vos cœurs largement, afin que Dieu puisse ouvrir les yeux de votre esprit!"

Puissamment mugissantes avaient déferlé sur eux les Paroles de Jésus. Jamais encore les êtres humains n'avaient entendu quoi que ce soit de pareil, mais seulement chez peu {d’entre eux} les Paroles avaient pénétré dans les âmes. Pour la plupart étaient demeurés des Sons, qui, encore un bref {laps de} temps, continuèrent à vibrer autour d'eux et, peut-être aussi, en eux, mais ensuite se perdirent.

Parmi les peu qui avaient écouté avec l'âme était le vieux prêtre. Bouleversé, il s'approcha, à l’air libre, de Jésus, et il Le pria de ne pas encore cheminer plus loin.

- "Seigneur, ce que Tu dis est la pure Vérité! Nous ne l'avons, cependant, encore jamais ainsi entendu. Nos enseignants l'ont autrement enseigné. C’est pourquoi nous l'avons aussi transmis ainsi qu
e nous l'avons reçu. Je le comprends, à présent: Nous devons attendre la Venue,
deux fois répétée, d’un Messie."
Quelques-uns des Disciples interrompirent le vieillard:

- "N'as-Tu pas entendu: Jésus a dit que le Temps du Fils de Dieu est déjà arrivé, qu'Il séjournait au milieu de nous?".

Embrouillé, le prêtre les dévisagea l'un après l'autre.

- "S'il en est ainsi, si Jésus l'a réellement signifié ainsi, alors - alors le Fils de Dieu doit déjà être sur Terre! Où est-Il?".

Toujours plus fort avait parlé le vieillard, la question il l’avait {quasiment} criée. Le Silence lui répondit. Mais ce n'était pas un silence d’embarras ou de dissimulation; mais, au contraire, il résidait comme une Promesse dans ce Silence.

Incrédules, interrogateurs, ses yeux allèrent de l'un à l'autre. Puis ils demeurèrent fixés sur Jésus. Alors il flua comme une chaude Vague au-dessus du vieux prêtre. Soudain, il sut la Réponse à sa question. Alors cela le jeta aux pieds de Jésus.

- "Mon Seigneur et mon Dieu!"

Plus, il ne put pas {le} dire. Riche d’Amour, Jésus saisit sa main et le conduisit à un siège.

La journée entière, Jésus demeura avec les Siens dans la minuscule maison du prêtre, qui, pour eux tous, demeura, dans le{ur} souvenir, comme un rayonnant Temple de Dieu.

Après que Jésus eut distinctement prouvé à l’ancien comment les Prophètes L'avaient annoncé comme Celui Qui Devait Venir {en raison} de la Miséricorde de Dieu, Il parla aussi de Celui Qui Viendrait après Lui, pour le Jugement.

- "Le Fils de l'Homme, {c’est ainsi qu’}Il S'appellera. À Lui sont soumis tous les Mondes. Il est le Roi de tout l’Univers et règne à présent, déjà, Là-bas, comme Il règnera, plus tard, ici sur Terre!"

Le vieillard le comprit, les Disciples, cependant, avaient, de nouveau, d’innombrables questions, prouvant {ainsi} distinctement qu'ils n'avaient toujours {et} encore pas saisi que Jésus et Emmanuel, le Promis, sont deux Entités[2] {distinctes}.

Mélancolique, Jésus les regarda:

- "Comme vous Me rendez las, alors que Je dois toujours {re}dire la même chose, sans que vous soyez en état de l’accueillir", dit-Il avec un léger soupir. »
 
(Traduit de l’allemand.)

 
Introduction

comment une aussi grossière confusion que celle qui, pendant deux mille ans, s’est imposée à la Chrétienté a-t-elle pu ainsi prévaloir ? Voilà la question que nous nous posons aujourd’hui.

Bien que Tous deux Fils de Dieu – c’est-à-dire une vivante Partie du Père -, le Fils de Dieu et le Fils de l’Homme sont clairement, même s’Ils sont aussi Frères, deux Êtres distincts. L’un S’appelle Jésus et l’Autre Emmanuel. À la Vérité, jamais Jésus ne S’est appelé Emmanuel.

D’où vient la confusion entre Jésus et Emmanuel?

Elle vient déjà de l’évangéliste Matthieu.

Annonces d’Emmanuel et de Jésus dans l’Ancien Testament

Dans l’Ancien Testament, en effet, le Prophète Isaïe – ou Esaïe – dit:

«C'est pourquoi le Seigneur Lui-même vous donnera un Signe, voici, la jeune femme deviendra enceinte, elle enfantera un Fils, et elle Lui donnera le Nom d'Emmanuel.»  (Le Livre d’Isaïe – Chapitre XIV, Verset 7)[3]
«Emmanuel», c’est clairement… «Emmanuel»; ce n’est {donc} pas Jésus. Emmanuel veut dire «Dieu avec nous». Or Jésus - ou, plus précisément, en hébreu «Yeshoua» - dont le Nom veut dire «Dieu sauve» - ce qui correspond parfaitement à Sa Mission – et Qui a dit «Mon Royume n’est pas de ce Monde» (Jean XVIII, 36) ne peut pas, de ce fait, être éternellement «Dieu avec nous». Il ne pouvait l’être que passagèrement au cours de Sa courte Mission de Secours.

Alors si ce n’est pas Jésus Qui règne sur notre Monde mais s’Il dit: «Mon Royaume n’est pas de ce Monde», cela veut dire qu’Il est, quand même, Lui aussi, Roi, cela pose deux questions:

1) Sur quel Monde Jésus règne-t-Il?

2) Et Qui est donc Celui Qui règne sur notre Monde?

Au sujet du Royaume de Jésus l’on peut comprendre que, par « ce Monde », Il désigne la Création. Son Royaume à Lui n’étant pas {de} ce Monde – la Création – il est l’autre Monde, celui qui n’est pas créé, donc le Monde éternel – existant déjà avant toute Création et pour l’éternité – le Monde du Divin.

Pour tenter de répondre à la deuxième question, reprenons, maintenant, déjà, cette si importante Annonciation dans son contexte biblique:

«1 Il arriva, du temps d'Achaz, fils de Jotham, fils d'Ozias, roi de Juda, que Retsin, roi de Syrie, monta avec Pékach, fils de Remalia, roi d'Israël, contre Jérusalem, pour l'assiéger; mais il ne put l'assiéger.
2 L’on vint dire à la Maison de David: Les Syriens sont campés en Éphraïm. Et le cœur d'Achaz et le cœur de son peuple furent agités, comme les arbres de la forêt sont agités par le vent.
3 Alors l'Éternel dit à Ésaïe: Va à la rencontre d'Achaz, toi et Schear-Jaschub, ton fils, vers l'extrémité de l'aqueduc de l'étang supérieur, sur la route du champ du foulon.
4 Et dis-lui: Sois tranquille, ne crains rien, Et que ton cœur ne s'alarme pas, devant ces deux bouts de tisons fumants, devant la colère de Retsin et de la Syrie, et du fils de Remalia,
5 De ce que la Syrie médise du mal contre toi, de ce qu'Éphraïm et le fils de Remalia disent:
6 Montons contre Juda, assiégeons la ville, Et battons-la en brèche, Et proclamons-y pour roi le fils de Tabeel [un Araméen].
7 Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Cela n'arrivera pas, cela n'aura pas lieu.
8 Car Damas est la tête de la Syrie, Et Retsin est la tête de Damas. (Encore soixante-cinq ans, Éphraïm ne sera plus un peuple.)
9 La Samarie est la tête d'Éphraïm, Et le fils de Remalia est la tête de la Samarie. Si vous ne croyez pas, Vous ne subsisterez pas.
10 L'Éternel parla de nouveau à Achaz, et lui dit:
11 Demande en ta faveur un signe à l'Éternel, ton Dieu; demande-le, soit dans les lieux bas, soit dans les lieux élevés.
12 Achaz répondit: Je ne demanderai rien, je ne tenterai pas l'Éternel.
13 Ésaïe dit alors: Écoutez donc, Maison de David! Est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, Que vous lassiez encore celle de mon Dieu?
14 C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un Signe : Voici, la jeune femme deviendra enceinte, elle enfantera un Fils, et elle Lui donnera le Nom d'Emmanuel.
15 Il mangera de la crème et du miel, Jusqu'à ce qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien.
16 Mais avant que l'enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, le pays dont tu crains les deux rois sera abandonné.
17 L'Éternel fera venir sur toi, sur ton peuple et sur la maison de ton père, des jours tels qu'il n'y en a point eus depuis le jour où Éphraïm s'est séparé de Juda (Le roi d'Assyrie.)
18 En ce jour-là, l'Éternel sifflera les mouches qui sont à l'extrémité des canaux de l'Égypte, et les abeilles qui sont au pays d'Assyrie;
19 Elles viendront, et se poseront toutes dans les vallons désolés, et dans les fentes des rochers, sur tous les buissons, et sur tous les pâturages.
20 En ce jour-là, le Seigneur rasera, avec un rasoir pris à louage au-delà du fleuve, avec le roi d'Assyrie, la tête et le poil des pieds; Il enlèvera aussi la barbe.
21 En ce jour-là, chacun entretiendra une jeune vache et deux brebis;
22 Et il y aura une telle abondance de lait que l'on mangera de la crème, car c'est de crème et de miel que se nourriront tous ceux qui seront restés dans le pays.
23 En ce jour-là, tout lieu qui contiendra mille ceps de vigne, valant mille sicles d'argent, sera livré aux ronces et aux épines:
24 L’on y entrera avec les flèches et avec l'arc, Car tout le pays ne sera que ronces et épines.
25 Et toutes les montagnes que l'on cultivait avec la bêche ne seront plus fréquentées, par crainte des ronces et des épines: On y lâchera le bœuf, et la brebis en foulera le sol.»

Ajouter un commentaire

 (avec http://)