Le Discours du Prince Abd-ru-shin

Publié le : 15/11/2018 21:20:07
Catégories : Littérature Rss feed


Le Discours du Prince Abd-ru-shin


A
bd-ru-shin parla. L'on eût dit que des Ailes portaient Ses Paroles à travers la vaste Salle. Le plus éloigné les entendait aussi nettement que celui qui se tenait à proximité.

- Mon Peuple! Le Jour de l'Union est arrivé. Désormais, il n'y aura plus deux Tribus menant l'une à côté de l'autre des vies différentes. La construction du Temple vous a soudés les uns aux autres et vous êtes liés pour toute l'éternité. Une seule Foi et une seule Volonté guideront ceux qui se sont unis sous Mon Sceptre. Je veux faire de la Tribu des Arabes et de celle des Ismains une nouvelle Tribu et son Nom vous rappellera toujours le jour de votre union:

"IS-RA" SERA LE NOM DE LA NOUVELLE TRIBU.

"En plus de tous les Commandements, Je vous donne également les Explications que vous avez si longtemps recherchées. Vous avez respecté ces Commandements sans protester, mais maintenant vous devez savoir pourquoi Je vous les ai donnés.

"J'ai ordonné que l'on respecte la Paix. C'est de cette façon seulement que vous pourrez conserver la Liberté de vos actions et de vos pensées, Liberté dont vous avez tant besoin pour faire quelque chose de Parfait selon les conceptions terrestres. La discorde use les êtres humains, les mine intérieurement et absorbe toute la Force nécessaire à la Résolution.

"Je vous ai ordonné également de demeurer en Paix avec les peuples voisins, car l'on ne peut jamais s'enrichir par la violence. Vous craigniez d'être surpris pendant votre sommeil, si vous ne faisiez pas constamment cliqueter vos armes. Mais, Je vous le dis, ils n'oseront pas vous attaquer, car votre insouciance est la preuve pour eux que vous êtes en sécurité. Continuez à observer cette trêve et jamais un ennemi du voisinage ne viendra se battre contre vous. Mais, si une armée approche au loin, il y a suffisamment de guetteurs et de gardes pour nous prévenir et nous permettre de préparer la défense."

"C'est là le plus important des Commandements que Je devais vous donner, car vous étiez un peuple qui, depuis des générations, ne connaissait que la guerre, le pillage et le meurtre. En étiez-vous plus heureux? Cette vie vous avait-elle enrichis? Ou bien pouvez-vous me prouver que ce que vous avez acquis par votre Travail, durant ces dernières années où Je suis devenu votre Prince, n'est rien?

Le Peuple écoutait en silence. Il regardait le Prince avec la plus grande Attention. Abd-ru-shin poursuivit:

- Ceux qui M'ont accompagné vous montrent comment Je désire que vous soyez, non seulement pour Me plaire, mais parce que cette Manière de Vivre est la seule qui puisse vous rendre heureux.

"De tout temps, quoi que vous fassiez, lorsque vous tuiez, que vous réduisiez des êtres humains à l'esclavage, vous aviez la conviction d'agir librement. Cette liberté, telle que vous la conceviez, n'était pourtant pas autre chose qu'une soumission à la volonté des ténèbres! Pas un d'entre vous n'est libre! Vous êtes tous des serviteurs, mais vous n'êtes pas les Miens! Car Je ne veux que des Services nés de votre bon vouloir. Aucun Service n'est inférieur à un autre. Ils sont tous égaux. La vraie Liberté ne régnera que lorsque chacun assurera son Service aussi naturellement qu'il respire. Mettez-vous en peine de chercher, partout vous trouverez l'occasion de servir. Vous avez cru périr, si vous ne pouviez chevaucher dans le pays que vous mettiez ainsi en péril; vous n'avez pas vu qu'il y avait tant de chose à faire et qui attendaient votre bon vouloir.

"Je vais vous ouvrir les yeux en tout. Vous devez travailler et dans le Travail vous trouverez la Joie.

"Je veux encore vous donner ce qui est plus indispensable que la nourriture corporelle:

LA CONNAISSANCE DE DIEU!

Les êtres humains dressèrent l'oreille en entendant ces dernières Paroles, car ils n'avaient jamais pu savoir quel Dieu adoraient les Ismains.

Cependant, tous les Arabes avaient oublié qu'ils avaient adoré des Dieux. Ils voulaient en savoir davantage sur le Dieu Unique de leur Prince.

Le Prince n'était-il pas une preuve que Seul Son Dieu était puissant parmi tous les Dieux? Pourtant, ils ne voyaient jamais ce Dieu, Il était invisible. Il leur fut difficile de suivre les Paroles de Abd-ru-shin lorsqu'Il parla de Dieu. Ils comprenaient uniquement qu'Il accomplissait en tout la Volonté de Dieu et ils voulaient s'efforcer d'agir selon Ses Commandements. Alors, ils serviraient ce Dieu lointain et invisible, Qu'ils ne pouvaient comprendre.

Ces Enfants de la Nature accueillaient simplement la Vérité apportée par Abd-ru-shin. Le Prince S'imposait par tout ce qu'Il disait, quoi que Sa Parole n'eût rien de contraignant. C'était Lui qui était leur Maître par Sa Manière d'Être, Sa Présence et Son Sourire.

Le Jour de l'Inauguration, Il leur annonça que l'on allait procéder à un Tri. Tous ceux qui ne voulaient pas se soumettre au nouvel état de choses devaient être impitoyablement tenus à l'écart de ceux qui désiraient commencer une nouvelle vie. Ils devaient vivre parmi leurs semblables pour reconnaître ce qu'ils étaient. Leurs journées, comme celles de tous les autres d'ailleurs, seraient consacrées au Travail, cependant ils ne se rencontreraient pas. Ils resteraient entre eux et ne parleraient qu'à leurs semblables jusqu'à ce que s'éveille en eux le désir de Servir par un Travail librement consenti. Comme les autres, ils devaient avoir envie de créer quelque chose de valable, qui donne au Pays un tout autre aspect.

Tous les êtres humains devaient être répartis en Castes, comme au Royaume des Ismains. La Liberté devait permettre l'accès à une Caste plus élevée à quiconque développerait ses Facultés.

Abd-ru-shin parla longuement. Et tandis qu'Il pensait aux êtres humains qu'Il voulait transformer de cette manière, Il voyait tous les Ismains autour de Lui. Ils formaient un Cercle immense, inébranlable qui, semblable à des rayons, pénétrait tout jusqu'à la caste moins élevée. Ces êtres humains fidèles étaient partout à leur Poste et ils rendaient Ses Paroles compréhensibles même aux moins doués. Sans eux, Il ne pourrait jamais réaliser ce dont Il rêvait.

Ce Jour-là, Il bénit tous ceux qui étaient prêts à Le servir.

Jamais les êtres humains n'avaient vécu un événement comparable à cette Cérémonie. Ils se sentirent ensuite tellement conscients, tellement unis les uns aux autres qu'en vérité ils rentrèrent chez eux avec l'intention de commencer immédiatement la nouvelle Vie en commun.

La Fête était passée. Les occupations quotidiennes reprirent. Une période d'infatigable Activité commença alors pour Abd-ru-shin. Mais Il semblait puiser des Forces nouvelles dans tout ce qu'Il faisait ou décrétait. Il avait du Travail pour des années.

(…)

Le grand Jour approchait. De nouveau, une foule immense afflua dans la Ville du Souverain. De nouveau, des milliers d'êtres humains emplirent le Temple lorsque Abd-ru-shin célébra la Fête et c'est par milliers qu'ils entendirent les nouvelles Lois qu'Il promulgua. Elles étaient taillées dans la pierre et ce fut le Prince Lui-même qui, ce jour-là, les grava dans le cœur des êtres humains.

Des années durant, ils avaient été forcés de sans cesse modifier leur vie, afin de pouvoir se maintenir à un niveau d'évolution rapide. à présent, ils rencontraient déjà moins de difficultés pour saisir et apprécier la Justice inhérente aux Lois, qu'ils savaient être inébranlables.

Tout ce que Abd-ru-shin leur donnait n'était que la Preuve de Son immense Amour pour eux, même s'ils étaient obligés de se transformer intérieurement. Et ils le faisaient en ayant conscience que tout ne servait qu'à leur rendre la tâche plus aisée.

Les nouveaux Commandements étaient sévères et impitoyables, mais les êtres humains avaient déjà atteint une telle Maturité qu'ils pressentaient la Justice bienfaisante, inhérente à toute chose.

Les Lois étaient rédigées conformément à leur particularité. Dans leur Simplicité, elles pouvaient être comprises d'un être humain sans instruction. Elles étaient conçues de façon à rendre impossibles toutes arguties ou fausses interprétations. Au Temple, face à la foule immense, Abd-ru-shin déclara:

- Aujourd'hui, pour la seule et unique fois, Je vous donne la Parole vraie et intangible des Droits et des Devoirs de l'être humain.

"Que celui qui veut se prévaloir de ses Droits ait d'abord conscience de ses Devoirs, car Droits et Devoirs doivent s'équilibrer, si l'être humain veut vivre selon la Volonté Divine."

"Personne ne jugera son prochain et personne n'exigera que son prochain juge autrui."

"Chacun suivra son chemin et s'exprimera dans sa langue, afin qu'il ne devienne pas la copie de son prochain."

"Que personne ne considère son semblable en le trouvant plus beau que lui-même, afin de l'imiter, car nul être humain n'a été créé sans porter en lui une certaine {forme de} Beauté."

"Je vous donne le Commandement suprême dont doivent découler tous les autres Commandements!:"
 
 "L'ACCOMPLISSEMENT DES DEVOIRS ENVERS DIEU!".
 
"L'accomplissement des Devoirs envers le prochain en résulte, ainsi que l'accomplissement des Devoirs des êtres humains envers les animaux et les plantes."

"L'être humain est petit en face de son Dieu et il s'inquiète des Devoirs qui lui incombent envers Lui."

"Cependant, être naturel, vivre naturellement implique l'accomplissement de ces Devoirs."

"Des Idéaux élevés sont donnés à l'être humain. Ils dorment dans la profondeur de son âme. Réveillez-les. Ne refoulez aucun de ces élans, ils vous combleront de Félicité."

"C'est là le commencement du Chemin qui conduit à l'Accomplissement des Devoirs envers Dieu et ce Chemin passe par l'Accomplissement des Devoirs envers les êtres humains! Aidez et encouragez votre prochain, vous vous acquitterez ainsi de ce que vous lui devez! Vous, les êtres humains, vous devez mûrir l'un par l'autre, lors de votre pérégrination. Il ne vous sert à rien de ne causer de tort à personne, si vous vous isolez et fuyez votre prochain. Car, de cette façon, vous manquez à votre Devoir."

"Cependant, le Ciel de la Connaissance s'ouvrira pour apporter la Bénédiction à celui qui s'est uni aux êtres humains et qui, de nouveau, a réussi à s'en détacher: il a pu faire l'expérience, grâce à la Fonction de Réciprocité, de tout ce dont il avait besoin, ce qui a également contribué au Progrès de son prochain."

"Prenez les Dons qui vous ont été donnés pour votre périple et faites-les s'épanouir. Même si vous trouvez que vos Dons sont inférieurs à ceux de votre prochain, sachez qu'ils sont tous de même valeur."

"La façon dont vous développez vos Dons, pour le Bien ou pour le Mal, voilà ce qui importe. Si insignifiants qu'ils vous semblent être, ils peuvent, si vous les employez judicieusement, être infiniment plus profitables que d'autres, en apparence plus importants, mais dont il n'est pas retiré tout le Profit possible."

"Pourtant, chaque Don ou Force qui restera inutilisé sera funeste à l'être humain!"

"Seul celui qui accomplit son Devoir a le droit de vivre dans cette Création. Lui seul a droit à l'existence."

"Du Commandement suprême découle la Loi!:"
 
 "CULTIVEZ LA BEAUTE!".
 
 "Toute la Création est pénétrée de Beauté. Chaque créature la montre à sa façon; cependant, seule une créature la fit dépérir: l'être humain! Le Naturel et la Beauté ne font qu'un."

"La Beauté n'est pas une chose affectée, inventée, elle est et elle a toujours été. Elle ne se modifie pas avec les temps qui passent, elle demeure toujours vivante parmi vous dans sa forme inaltérable. Elle a mille visages et, malgré tout, elle est simple. Partout, elle croise votre chemin et vous, les êtres humains, vous devez vous en réjouir, vous en instruire, la laisser naître en vous exactement comme elle vit dans chaque plante, dans chaque animal.

"Vous devez être beaux en l'Honneur de votre Créateur! Ne passez pas à côté des autres, même s'ils sont laids dans leur genre, en pensant: "Je ne peux rien apprendre de vous"."

"Regardez-les tranquillement, sans vous moquer de leurs faiblesses, et vous reconnaîtrez qu'ils ont précisément défiguré ce qui était destiné à les embellir!"

"Soyez vigilants de cette façon pour tout ce qui s'offre à vos yeux."

"Je ne veux pas vous imposer de juges pour décider si quelqu'un a raison ou tort, s'il peut faire valoir des revendications envers l'autre ou s'il doit renoncer. C'est en vous-mêmes que vous devez reconnaître vos fautes. Vous-mêmes devez pouvoir juger de vos Droits et de vos Devoirs. Car personne ne doit prendre, s'il ne peut donner."

"Les Commandements sont vivants et ne doivent pas être comprimés en des formes rigides; c'est pourquoi Je ne vous impose pas de juges."

"Rien ne vous sera remis de tout ce que vous êtes capables d'exécuter, sinon la première pierre de tous les maux serait posée et vous tomberiez dans la paresse et la nonchalance."

"Ainsi que de nombreux cordons nerveux traversent le corps, animant chaque membre, ainsi devez-vous agir, vous, les êtres humains, qui formez le corps d'un Peuple. Aucune partie de l'immense ensemble ne doit rester inactive, sinon elle ne tarde pas à paralyser son entourage."

"Vos actions doivent s'engrener l'une dans l'autre, de la plus haute Caste à la dernière. Un éternel Circuit se forme alors et, en puisant à la Source de la Lumière, Je fortifie son Courant vital, pour bénir votre Travail.

AMEN!
 
"L'Amen" prononcé par Abd-ru-shin vibra dans le Temple. S'étant retourné, Abd-ru-shin gravit lentement les marches. Des Rayons dorés tombèrent {alors} de la Coupole et enveloppèrent la Silhouette du Prince. Les êtres humains Le suivirent d'un regard voilé, comme si un Envoyé de la Lumière les quittait.

Dans leurs cœurs, cependant, Sa Parole se réveillait à la Vie et ils observaient Ses Commandements."

Ajouter un commentaire

 (avec http://)