Recherche dans le blog

L'humanité en voie d'extinction?

Publié le : 28/09/2019 14:47:52
Catégories : Articles Rss feed


Toujours moins de bébés



Les faits:


Les naissances aux États-Unis et aussi dans la moitié des pays de la Terre sont à des niveaux historiquement bas.

Et si l'on se demandait pourquoi...?

Le CDC - Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies - américain a récemment publié son aperçu statistique annuel des naissances en Amérique.

L’agence a rapporté que le nombre total de naissances aux États-Unis a chuté jusqu'à atteindre, en 2018, un «record» {vieux} de 32 ans. Cela concerne, en particulier, les adolescentes et les femmes âgées d'une vingtaine d'années.

Cependant, bien que 2018 ait établi un nouveau "record" quant à la bassesse du taux des naissances, d’autres années récentes font à peu près état du même scénario: le nombre total de naissances et le taux de fécondité général (soit le taux des naissances pour 1.000 femmes en âge de procréer) baissent régulièrement depuis plus de 10 ans.

C'est à peu près le temps qu'il faut pour commencer à sérieusement s'en apercevoir...

La tendance «baby crash» n’est pas propre aux États-Unis. Une étude, publiée en 2018 dans "The Lancet", a révélé que près de la moitié des pays du monde affichent des taux de fécondité inférieurs au «niveau de remplacement» lequel est d’environ 2,1 enfants par vie de femme – une situation sans précédent en 1950.

Pour ce qui est de la Francesur cette page l'on peut voir un tableau téléchargeable montrant, entre autres choses, la baisse, faible mais constante, du nombre annuel de naissances depuis 2010. "Des bébés moins nombreux et plus tardifs".

Décrivant cette découverte «décisive», un scientifique a déclaré à la BBC que la révélation selon laquelle la moitié des pays du monde sont sur le point de connaître une contraction démographique «sera une énorme surprise pour les populations».

«"TIME Magazine" (...) dit qu'«il ne peut pas être une mauvaise chose que moins de bébés américains so{ie}nt nés en 2018 qu'au cours de toutes les années depuis 1986» et ce journal nie catégoriquement que «les Américains soient moins fertiles, biologiquement».

Cependant, de nombreuses études mettent en évidence les problèmes de fertilité masculine et féminine, y compris les «tendances à la baisse significatives» du nombre et de la qualité des spermatozoïdes, et les problèmes de fertilité liés à l’obésité chez les femmes.


Les tentatives d'explication

Qu’y a-t-il derrière ces problèmes? Les médias américains ne le disent pas, mais la science publiée fournit de fortes indications selon lesquelles «les expositions environnementales résultant du mode de vie moderne… sont les facteurs les plus importants».

Source: https://www.santeglobale.world/article/10-moins-de-naissances-aux-etats-unis-pourquoi/#.XY9Uon_gqpp

Naturellement, dans son article, le Docteur Tal Schaller insiste lourdement les facteurs environnementaux (glyphosate, perturbateurs endocriniens, ondes électro-magnétiques) qui affectent autant les hommes (baisse spectaculaire du nombre des spermatozoïdes) que les femmes, et il n'est pas question de contester ici l'importance de ces facteurs, qui, certainement, ont leur importance et contribuent aussi à la baisse de la fertilité. Toutefois, l'objet du présent article est d'aller plus loin que le simple constat environnemental...

Lire aussi:

https://www.scienceshumaines.com/du-crash-financier-au-baby-crash_fr_24367.html.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/15/le-nombre-de-naissances-continue-de-baisser-en-france-qui-reste-malgre-tout-le-pays-le-plus-fecond-de-l-ue_5409337_3224.html

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/famille/fecondite-en-baisse-chez-les-femmes-sauf-chez-les-immigrees_2053460.html

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/baisse-de-la-natalite-ou-sont-passes-nos-bebes_2023030.html

Même le Vatican a remarqué la chute de la fécondité dans le monde et s'en alarme.

Ici, juste signalé en passant, un autre phénomène, de prime abord difficile à expliquer, c'est la masculinisation des naissances:

https://www.cairn.info/revue-population-2015-2-page-201.htm

Pourtant, il est vraisemblable que l'explication (voir plus bas) de ce phénomène selon lequel il y a, à la naissance - même si, là aussi, au départ, cela va doucement -, un ratio garçons/filles toujours plus déséquilibré en faveur des garçons et donc en défaveur des filles (toujours plus de garçons et de moins en moins de filles) est la même que celle qui, à terme, provoque la stérilité des femmes.



Une explication d'un genre complètement différent

A cette baisse générale de la natalité voici, toutefois, maintenant, une explication complètement différente...

Cette explication est, à l'inverse de toutes les autres, fondamentalement, quant à elle, de genre spirituel (les mises en gras sont de nous):

"Aussitôt que la femme essaye de se masculiniser dans sa pensée et son action, alors ce seul vouloir se répercute déjà de façon correspondante. D'abord dans tout ce qui, en elle, est étroitement relié avec l'Entéallique (NDLR: L'Entéallique est un genre de la Création, tout comme le Spirituel est un autre genre de la Création), ensuite aussi avec les matières fines (NDLR: La matière fine est, elle aussi, un genre de la Création, mais inférieur au Spirituel et à l'Entéallique), ainsi que, après un temps tout à fait déterminé, dans la matière grossière fine (NDLR: La matière grossière fine est la subdivision de genre la plus élevée de la matière grossière dans sa totalité, tandis que la matière grossière lourde est ce à partir de quoi est constituée la Terre en tant que réalité physique).

La conséquence en est qu'au cours des tentatives d'activité positive, allant à l'encontre de la Tâche d'une femme de la Terre, tous les éléments plus fins de son genre féminin sont refoulés comme {étant} passifs et se détachent finalement d'elle, parce qu'en perdant peu à peu de leur force à cause de leur inaction, ils sont retirés à la femme par le Genre Fondamental identique.

De ce fait, est alors rompu le Pont qui rend la femme de la Terre, à cause de son genre passif, capable d'accueillir les Rayonnements plus élevés et de les transmettre dans la matière plus grossière, en laquelle cela est ancré, par l'intermédiaire de son corps, avec une intensité tout à fait déterminée.

Mais ce Pont est aussi celui dont une âme a besoin pour l'incarnation terrestre dans le corps gros-matériel. Ce Pont fait-il défaut, alors, pour toute âme, une entrée dans ce corps en devenir est rendue impossible; car elle ne peut pas franchir d'elle-même le gouffre qui devait naître ainsi.

Mais si le Pont n'est que partiellement rompu, ce qui dépend du genre et de l'intensité de la masculinisation voulue dans le comportement d'une femme, alors, malgré cela, des âmes peuvent quand même s'incarner, lesquelles, du fait de leur genre semblable, ne sont, de la même manière, ni tout à fait masculines ni tout à fait féminines, et forment donc de disgracieux et dysharmonieux mélanges, qui, plus tard, recèleront toutes sortes de nostalgies possibles, impossibles à assouvir, se sentiront constamment incompris{es}, au cours de leur existence terrestre, et, de ce fait, vivront pour eux/elles-mêmes, et feront vivre à leur entourage, une inquiétude et un mécontentement permanents.

Il aurait mieux valu, pour de telles âmes, comme aussi pour leur entourage terrestre ultérieur, qu'elles n'aient pas trouvé l'occasion d'une incarnation; car elles ne font ainsi que se charger de culpabilité et ne pourront jamais racheter quoi que ce soit, parce qu'en réalité elles n'ont pas leur place sur la Terre.

L'occasion et la possibilité d'incarnations de ce genre, non voulues de la Création, donc de la Volonté de Dieu, les fournissent uniquement ces femmes qui, par leur humeur capricieuse et leur ridicule vanité, ainsi que par l'avilissante manie d'une apparence de faire valoir, inclinent vers une certaine masculinisation. Peu importe de quel genre elle est.

Des âmes délicates et authentiquement féminines ne viennent jamais à l'incarnation par l'intermédiaire de telles femmes dénuées de féminité, et c'est ainsi que, peu à peu, le sexe féminin sur Terre est complètement empoisonné, parce que cette bizarrerie s'est répandue toujours plus, et attire toujours de nouvelles âmes de ce genre, qui ne peuvent être ni entièrement femme(s), ni entièrement homme(s) et propagent ainsi l'inauthentique et le dysharmonieux sur la Terre.

Heureusement que les sages Lois de la Création, en de telles choses aussi, ont elles-mêmes tracé une rigoureuse limite; car, dans une déviation de ce genre, puissamment contrainte par un faux vouloir, apparaissent tout d'abord des naissances difficiles ou prématurées, des enfants à la santé délicate, nerveux, et aux intuitions en proie au déchirement, et, pour finir, intervient alors, après un temps tout à fait déterminé, la stérilité, de sorte qu'un peuple qui laisse sa féminité aspirer à une virilisation, pour elle inconvenante, est condamné à une lente extinction.

Cela ne se produit naturellement pas du jour au lendemain, de sorte que cela devienne brutalement frappant pour les êtres humains en vie à cette époque-là, mais un tel événement doit, lui aussi, suivre le chemin de l'évolution.

Pour lent que ce soit, cela n'en est pas moins certain! Et l'effacement {d'un tel processus} nécessite déjà quelques générations avant que les conséquences d'un tel mal, [d'un crime d'un genre aussi décisif,] provoqué par la féminité, puissent être abolies ou réparées, afin de sortir un peuple de la décadence, lui rendre de nouveau la santé et le sauver de la totale disparition.

C'est une Loi inflexible que là où la grandeur et la force des deux Branches de la Croix de la Création ne peuvent vibrer en une Harmonie et une Pureté parfaites, donc {là où} le Masculin positif et le Féminin négatif ne demeurent pas de force égale et indéformés, de ce fait, la Croix à Branches Egales aussi est déformée, et la décadence, et finalement le naufrage, s'ensuivent, afin que la Création devienne, de nouveau, libre d'absurdités de ce genre."

("Evangile éternel" - Exposé "Le Pont détruit")


Conclusion

Qu'un tel "discours" n'aille pas dans le sens de ce qui est communément admis dans le monde matérialiste "moderne" semblera évident à beaucoup. Mais, comme il fut déjà remarqué par de grands esprits, ce n'est pas parce qu'une erreur se propage qu'elle devient Vérité et ce n'est pas non plus parce quelqu'un est le seul à dire une Vérité qu'il a tort!

C'est pourquoi l'"hypothèse" selon laquelle la masculinisation des femmes serait la plus importante cause de la baisse de la natalité, et à terme de la stérilité généralisée menaçante, risque bien, à l'avenir, de prendre un poids toujours plus important... Et ce n'est pas les allocations familiales ou la procréation médicalement assistée qui changeront quelque chose à cela!

Il est aussi probable que le phénomène appelé "masculinisation des naissances" déjà évoqué plus haut est aussi provoqué par la même cause. En effet, dans l'explication évoquée ci-dessus il est notamment dit: "Des âmes délicates et authentiquement féminines ne viennent jamais à l'incarnation par l'intermédiaire de telles femmes dénuées de féminité".

Par conséquent, s'il n'y a plus suffisamment de femmes authentiquement féminines susceptibles de devenir mères, beaucoup d'âmes authentiquement féminines, ne trouvant pas de mères pour cela, ne peuvent plus s'incarner.

Cela produit certes un effet qualitatif (moins d'âmes authentiquement féminines dans les naissances féminines) mais aussi quantitatif, puisque ces âmes féminines ne pouvant pas s'incarner, cela diminue la proportion globale de naissances féminines.

Naturellement, des âmes féminines déformées peuvent aussi s'incarner dans des corps masculins. Par conséquent, pour l'intellect, qui ne connaît que la matière la plus grossière, d'un point de vue extérieur (apparence du corps physique) ce sont des garçons, alors qu'en réalité ce sont des esprits féminins. Bien sûr, cela contribue à faire pencher la balance des naissances dans le sens des "garçons"...

"Garçons" entre guillemets, puisque une partie croissante de ces "garçons" sont, aussi incroyable que cela puisse paraître, en réalité, des filles! Cela permet déjà de commencer à comprendre ce passage (cité ci-dessus) relatif à l'arrivée "de nouvelles âmes de ce genre, qui ne peuvent être ni entièrement femme(s), ni entièrement homme(s)"...

Le phénomène inverse existe, bien sûr aussi, des esprits masculins, mais efféminés, avec leurs âmes déformées, s'incarnent dans des corps féminins, mais, proportionnellement, dans ce sens, il y en a beaucoup moins que dans l'autre sens, c'est-à-dire lorsque des esprits féminins s'incarnent dans des corps de garçons, de sorte que la balance générale du phénomène, vu de l'extérieur, va toujours, en ce qui concerne les naissances, dans le sens de plus de garçons et moins de filles!

Jusqu'où un tel phénomène peut-il aller avant que ne se produise un complet effondrement, voilà qui reste encore à expérimenter...

Puisse la cause la plus profonde de cette baisse des naissances et en particulier des naissances authentiquement féminines être reconnue avant qu'il ne soit trop tard!

Sinon, comme l'a écrit Yves Pacalet (compagnon d'odyssée du célèbre Commandant Coustaud),: "L'humanité disparaîtra, bon débarras!".

A ce sujet, pour certains scientifiques (et non des moindres), il est déjà trop tard! Toutefois, il est "amusant" de noter que ce qui pour le Vatican serait le problème, pour Frank Fenner, serait la solution!


P.S.: Pour ré-agir à l'article ci-dessus, il suffit de poster un commentaire ci-dessous. La réponse à la question "Quel est le livre le plus sur Terre?" (pour passer avec succès la protection antispam) est, bien sûr, "La Bible".


Ajouter un commentaire

 (avec http://)