Destins humains au cours du temps - Roselis von Sass

Publié le : 18/02/2018 13:35:27
Catégories : Littérature Rss feed

 

Destins humains au cours du temps

 

En sortant du bureau de l'avocat, Laure semblait avoir vieilli de dix ans. Son mari, avec qui elle avait été mariée pendant dix ans, l'avait définitivement abandonnée. Maintenant elle était seule, car Myriam, sa petite fille, avait toujours été plus attirée par son père que par elle-même. Avec une certaine jalousie elle se souvint de l'enfant. Cette enfant, oui, possédait l'amour de l'homme qui, maintenant, l'abandonnait sans pitié. En même temps elle devait s'avouer que son mariage, depuis le début, avait été un cortège de malentendus et de divergences d'opinions. Cependant, elle avait réellement aimé son mari et elle continuait à l'aimer.

Où était donc la raison de tout cet effondrement autour d'elle? Comme déjà plusieurs fois ses pensées cherchaient aussi aujourd'hui la raison de son existence tourmentée... En fin de compte, était-ce la faute à sa mère, si son époux s'était éloigné d'elle? Depuis le début il y avait eu peu de confiance et peu d'amitié entre les deux personnes. Dans son for intérieur surgit une révolte contre le destin injuste.

Remplie d'amertume elle jouait avec des pensées de vengeance et de suicide pendant des jours et des jours. Cependant, elle savait que son mari ne reviendrait jamais.

De façon accusatrice, elle demandait toujours à nouveau au destin pourquoi elle était si malheureuse, alors que d'autres personnes, près d'elle, étaient heureuses? N'avait-elle donc pas vécu de façon exemplaire? Et n'avait-elle pas fidèlement accompli ses devoirs?

- "Oui, dans cette vie, Tu as été fidèle!"

Laura trembla en regardant autour d'elle. Quelqu'un n'était-il pas entré dans la chambre et lui avait parlé? Mais non, elle se trompait. Déçue, elle referma les yeux et posa sa tête sur l'oreiller.

Cependant, Laura avait eu une bonne intuition. C'est son guide spirituel qui était près d'elle et parlait avec insistance à son âme, par de vivantes images. Elle ne voyait pas la grande figure masculine, enveloppée dans un vêtement gris, qui la regardait avec sagesse et amour; mais la sensation de désespoir et d'abandon disparut subitement. Les mots du guide spirituel avaient un effet singulier et réanimant sur l'esprit de cette femme plongée dans la douleur.

- "Lève-Toi et regarde vers le Haut, vers la Source de toute Vie! Dieu, le Seigneur a créé le Monde de façon parfaite! C'est heureux, joyeux et satisfaits que toutes les créatures devraient y vivre!"

Timidement, l'âme de Laura ouvrit les yeux, regardant vers le Haut. Mais, comme aveuglée, elle baissa la tête. Pourquoi avait-elle été exclue de cette Magnificence?

- "Tu n'as pas été exclue, car Dieu est la Justice. Cherche la cause de ta tristesse terrestre actuelle !"

Le guide - ou aide - spirituel s'attela de toutes ses forces disponibles en faveur de cette âme, d'ailleurs bonne, au fond.

- "Regarde en arrière, en direction de l'une de Tes vies antérieures. Tu devras reconnaître la semence des fruits d'aujourd'hui."

Après ces mots le guide posa la main sur la tête de Laura, lui transmettant la Force pour qu'elle voie des images qu'elle avait elle-même autrefois vécues et formées...

Laura se voyait elle-même, cependant, elle n'était pas Laura, mais avait un autre nom qui résonnait de façon bien familière à ses oreilles: "Mignon".

Ah! oui, elle avait vécu sur Terre en tant que Mignon. Ce savoir lui paraissait à présent bien naturel. C'était dans un autre pays et à une autre époque.

Elle assistait à un mariage, le mariage de son amie Janet. C'était même comique de voir comme Janet faisait des efforts pour tourner et virer, habillée avec une jupe large; elle voulait être agréable avec tous les invités.

Mignon regardait son cousin Jérôme, qui, en ce jour, se mariait avec Janet. Elle n'avait jamais désiré le posséder autant comme aujourd'hui.

- "Jérôme aurait été à Toi si seulement Tu l'avais voulu", susurra une voix auprès de Mignon.

La jeune fille fit un geste de recul et fixa dans les yeux la femme à ses côtés. C'était la mère de Jérôme. Et Mignon savait qu'elle réprouvait le mariage de son fils avec la pauvre Janet. Mais, maintenant, il était trop tard pour penser à ce qui aurait pu être.

Cependant, il restait une épine dans le cœur de Mignon. Jérôme était heureux avec Janet. Au fond d'elle-même, Mignon s'attendait à ce que son cousin se marie avec elle. Fréquemment elle lui montrait son affection.

Plusieurs mois plus tard, Mignon épousa un homme qui la courtisait déjà depuis quelque temps. Presque deux ans après, cependant, elle devint veuve. Son mari, en effet, avait été blessé pour des questions d'argent, et il décéda des suites de la blessure reçue. Soulagée, la jeune femme soupira, car elle n'aimait pas cet homme, et désormais elle était de nouveau libre.

Ses pensées, ses désirs et ses espoirs commencèrent de nouveau à tourner autour de Jérôme. Janet était heureuse; est-ce qu'elle-même ne pouvait pas l'être? Jérôme était son cousin, elle pouvait l'inviter; en plus de cela, elle avait besoin d'un avocat.

Et cela se passa ainsi; Jérôme répondit à l'insistante demande de Mignon, lui rendit visite dans sa maison, afin de la conseiller au sujet de l'héritage. Lorsqu'il vint la voir, elle se plaignit tout d'abord amèrement de la solitude. Mais Jérôme souriait à peine, mentionnant, l'air moqueur, les admirateurs qui accouraient déjà... Mignon ne plaisantait pas; l'occasion était trop favorable... Elle devait parvenir à ce que son cousin vienne souvent la voir. Et Jérôme fut d'accord. Cela ne lui vint même pas à l'esprit que cela pouvait faire du mal à Janet. Cependant, arriva le jour où il ne pouvait plus regarder sa femme dans les yeux, ce qui mettait fin à la paix ayant régné jusqu'ici.

Il sentit de la rancœur dans son cœur. De la rancœur contre Mignon. Elle était la cause de son actuel état de désagrément. Au début il la voyait par compassion, mais après il s'était même senti attiré par elle...

Un jour Janet apprit leur relation. En ce jour Jérôme se sépara de Mignon. Lui, en vérité, n'aimait que sa femme. Et sa douleur l'avait profondément atteint.

Cette séparation, douloureuse pour elle, fut le dernier tableau du passé que Laura put encore revivre. Avec la douleur elle eut aussi la nette reconnaissance qu'elle-même n'était pas innocente. S'il y avait quelque chose qui était faute et rachat, elle devait alors racheter, mais n'était-il pas pour cela trop tard?

- "Tu as payé! Tu es libre pour commencer une nouvelle vie. Tu peux guérir les blessures que Tu as jadis causées à Janet!", dit le guide. "Myriam et Janet sont deux noms mais pourtant un seul esprit humain. Et Jérôme? Il commit des erreurs autrefois. Et lui, en tant que Ton époux, marié avec Toi, a aussi payé."

L'âme, écoutant avec attention, regarda son guide. Son regard était encore plein de douleur, toutefois, une lueur d'espoir illuminait sa nouvelle existence. Il lui fut permis de payer...

- "Je remercie mon Dieu et Seigneur..."

Laura ouvrit les yeux. Comme elle avait froid, elle serra le châle qui lui enveloppait les épaules. Elle s'était assoupie et avait dû rêver. En soupirant, elle ferma de nouveau les yeux. Peut-être se rappelait-elle de ce qui s'était réellement passé... Mais non, c'était en vain. Le vécu du rêve ne reviendrait jamais. Et, cependant, ce rêve avait été quelque chose de spécial, car elle ressentait comme si quelqu'un avait mis un baume sur ces blessures. Et d'où lui venait subitement la reconnaissance de sa culpabilité? Elle savait maintenant que l'amour pour son mari avait été égoïste. Et elle ne s'était pas bien occupée non plus de sa fille Myriam. A présent cela serait différent.

- "La vie continue; j'ai failli, mais je peux encore payer..."

Avec l'espoir réveillé en son cœur, elle se leva et se dirigea vers la fenêtre. Ce vécu animique qui lui avait été concédé avait été profondément déterminant. Et ce vécu se transmettait de telle façon à son corps terrestre qu'elle ne recherchait plus le coupable autour d'elle mais en elle-même, considérant ses actes ainsi qu'ils étaient réellement.

La reconnaissance personnelle, alliée au repentir, libéra cette femme et, en même temps lui fit faire un grand pas en avant dans son développement spirituel.

Le guide de Laura se trouvait encore près d'elle. Mais sa mission était maintenant terminée. Lui disant au revoir, il posa encore une fois sa main sur sa tête à elle, puis s'éloigna après avec une salutation. Un autre guide se mettrait à sa place, continuant de guider sa protégée terrestre, à partir de ce jour, vers des chemins qui lui offriraient la possibilité de reconnaître la Lumière de la Vérité.

Cette histoire illustre plusieurs thèmes: la mésentente conjugale, le divorce, l'abandon, la "perte" d'un enfant, la solitude, la guidance spirituelle, les vies antérieures, les images du passé conservées par le Temps, l'adultère (au sens de "rupture d'union", soit "Ehebruch", "adultère" en langue allemande) en tant que trangression du Sixième Commandement, la souffrance qui en résulte pour les victimes, la culpabilité et le karma qui en résultent pour les auteurs de la faute, la reconnaissance de la culpabilité et de la justice du karma de l'"héroïne" ainsi que  le rachat offert à tous au cours d'une existence ultérieure.

Ainsi que c'est souvent le cas dans les histoires qui concernent plusieurs existences on peut observer comment les mêmes personnages se retrouvent mais avec des rapports différents.

Dans le cas précis, Jérôme, le mari de la rivale revient en tant que le mari de l'héroïne mais, à l'inverse de ce qu'elle, Laura, s'était imaginé au cours d'une vie antérieure en tant que Mignon,, elle n'en est pas heureuse pour autant, bien que les Lois lui aient accordé ce qu'elle voulait. C'est donc aussi l'occasion de méditer sur le désir et la satisfaction du désir. Bien que cette fois il n'y ait pas de "rivale", l'être aimé la quitte quand même pour se retrouver seul avec la femme qu'il a jadis aimée et épousée et qui est maintenant sa fille!

Celle-ci qui fut Janet et qui est maintenant Myriam, est à nouveau avec l'homme qu'elle aime, quoique dans un rapport différent. Et, lorsqu'il s'agit de choisir entre son père et sa mère, elle choisit son père qui fut jadis son mari, ce qui lui, permet, à nouveau, de revivre une relation exclusive avec lui.

Quant à Laura, qui fut jadis Mignon, nous avons déjà vu que, bien qu'elle ait réussi à avoir "son" Jérôme pour elle, nul bonheur n'en ait résulté pour elle. Et même avec sa fille elle fait une expérience amère, car celle-ci se détourne d'elle en donnant la préférence à l'homme qui l'abandonne! Pas étonnant puisque Myriam, jadis Janet, éprouve inconsciemment en sa mère la présence d'une rivale dans l'amour qu'elle voue maintenant à son père! Pour en être inconscients tous ces sentiments sont cependant bien réels!

Et Myriam, précisément, a-t-elle été lésée par le destin en étant contrainte d'avoir pour mère celle qui lui causa jadis un grand préjudice? Peut-être aurait-elle préféré ne pas la revoir? Cela n'est pas certain, car Janet était l'amie de Mignon. Et entre ami(e)s il faut savoir aussi se pardonner! Janet avait-elle pardonné à Mignon? L'histoire ne le dit pas, mais dans les deux cas, cela peut justifier une "revoyure", soit pour continuer un bout de chemin ensemble comme deux âmes amies, soit pour que le pardon libérateur soit prononcé.

Les fils de la culpabilité lient en effet l'offenseur et l'offensé. Si l'offensé ne pardonne pas, il peut aussi en subir un préjudice, car il demeure entravé par son sentiment négatif de désir de vengeance. Il ne s'en remet pas à la Justice Divine. Il n'accomplit pas la Parole du "Notre Père": "Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.". Il risque donc aussi de se voir refusé le Pardon divin.

Voilà pourquoi le pardon est toujours une grande bénédiction pour tous!

 

Extrait du livre "L'être humain détermine son destin lui-même" par Roselis von Sass -

Voir aussi:

Justice des hommes et Justice de Dieu

 

Ajouter un commentaire

 (avec http://)