André Fischer - Un auteur très prolifique!

Publié le : 18/04/2018 12:34:38
Catégories : Auteurs Rss feed

André Fischer

1911-2010

André Fischer


Que ce soit en allemand ou en français, André Fischer, Alsacien ayant vécu à Hindisheim (à 18 kilomètres au Sud de Strasbourg), écrivain et formateur, décédé presque centenaire (à 99 ans), a rédigé pas moins d'au moins quatre-vingt livres.

C'était, jusqu'à son dernier souffle, un travailleur acharné et surtout un grand formateur. Il aimait à citer une parole que l'Instructeur lui avait donnée au cours d'un entretien personnel ayant duré deux heures et au cours duquel le sujet de la Formation de l'Homme Nouveau avait été principalement abordé.

Cette parole disait:

"Les êtres humains de l'avenir consacreront la moitié de leur temps à leur activité professionnelle, et le reste du temps ils iront ... à l'école!". 

André Fischer est notamment le découvreur du Secret de la Cathédrale de Strasbourg...

André Fischer avait une voix très caractéristique voix, extraordinairement chaleureuse et "rocailleuse". Rien que pour cela, cela vaut déjà le coup d'acquérir son DVD "Le Secret de la Cathédrale de Strasbourg"! A ce sujet André Fischer a aussi publié un petit opuscule intitulé :"Comment j'ai trouvé le Secret de la Cathédrale de Strasbourg".

Dans son étude sur "Le Secret de la Cathédrale de Strasbourg" il a notamment fait remarquer que la Cathédrale de Strasbourg, le Parthénon de l'Acropole à Athènes et la Grande Pyramide de Guizeh, trois monuments construits en fonction du Nombre d'Or, sont alignés.

Anecdote: Une fois que, dans la région parisienne, pour la quatre-centième fois ou même davantage, dans le cadre d'une conférence publique, il présentait son "Audivision" sur le sujet, un homme qui, dans la cathédrale, des années auparavant, l'avait abordé en lui disant "Toi aussi, Tu aimerais bien trouver le Secret de la Cathédrale! Eh bien, cherche!", des années plus tard, à l'issue de la présentation, se présenta, de nouveau, inopinément, devant lui, et, avec un grand sourire, lui dit : "Tu l'as trouvé, hein!".

Coupure de presse

Extrait de l'article paru, au sujet d'André Fischer, dans les «Dernières nouvelles d'Alsace», le 25 juin 2008:

"Après une vie de conférences, André FISCHER, 97 ans, a ressenti le besoin de léguer son savoir. Empreint de philosophie, son discours donne à réfléchir sur la manière d'aborder les événements de la vie.

«La présence de l'homme sur terre lui confère une mission, celle d'embellir, d'enrichir, de protéger la planète. Aller dans la nature, ce n'est pas juste se promener. On peut se demander d'où cela vient. Et pourquoi?

La nature est un grand problème philosophique dans son fonctionnement. L'avenir que nous envisageons pour elle retombera sur l'homme de toute façon.»

Loin d'être fataliste, André FISCHER croit en l'homme, cet être capable de faire de si belles choses, de construire une monumentale cathédrale comme des abris pleins d'émotion. À sa manière, il tire la sonnette d'alarme et regrette le tourbillon créé par la société contemporaine. «Le matérialisme, c'est la fin de l'homme.»"


Aperçus sur son œuvre (extraits de son site personnel):


Contes Philosophiques:

«Ces contes philosophiques permettront aux adultes, sous une forme agréable et simple, de prendre conscience des enjeux de l’époque actuelle. Les récits imagés mettent en évidence ce que nous avons à faire si nous voulons participer pleinement aux changements actuels et futurs.»

L'Europe:

«Nous voyons tous les manques de la construction européenne telle qu’elle est de nos jours. Mais que devrait être l’Europe pour apporter plus d’humanisme, pour être plus proche des citoyens et répondre davantage à leurs souhaits ? Les ouvrages qui suivent vous donneront une ligne directrice sûre, une base solide et fiable pour que l’Europe soit à la hauteur des espérances de chacun de nous.»

Aides pratiques:

«Les aides pratiques proposées ici nous aident à développer notre personnalité, à l’enrichir et à l’harmoniser. Par leur diversité, elles permettent à chacun d’agir pour corriger ses point faibles ou consolider ce qu’il a déjà construit en lui.»

- Spiritualité:

«L’époque matérialiste dans laquelle nous vivons montre à l’évidence que nous ne suivons pas le bon chemin. La société basée sur l’argent et le profit se désagrège chaque jour un peu plus, la pression des évènements oblige à la remettre en cause. Nous ressentons bien qu’à terme il s’agit d’une faillite généralisée et que nous avons à construire un autre devenir si nous voulons pouvoir continuer d’exister sur notre belle planète.»

- Vers une ère nouvelle:

«Quelles doivent être les nouvelles orientations à prendre afin de nous nous épanouir et être heureux? Pouvons-nous vraiment nous changer et changer ainsi la société afin d’aller vers ce monde nouveau dont nous rêvons tous? Est-ce encore possible et comment?»


Depuis le décès d'André Fischer sa deuxième épouse s’efforce de fidèlement poursuivre son œuvre...

À ce jour (en 2018), le site personnel de André Fischer est toujours en ligne: http://www.fischer-andre.fr.

Probablement un rare presque centenaire de son époque à avoir eu un site Internet à son nom!

Sur son site Internet, justement, au sujet de la Rencontre décisive de sa vie, il a raconté:

"Habitant à Mulhouse, j’avais réussi au concours d’entrée à l’école Normale d’instituteurs du Haut-Rhin, mais n’ayant que 16 ans je devais attendre un an pour pouvoir commencer mes études. J’avais beaucoup de temps libre et mon amour de la musique me poussait souvent, l’après-midi, à aller écouter un concert dans un grand magasin de Mulhouse.

J’étais moi-même pianiste et le pianiste de l’orchestre me subjuguait par sa manière de jouer, mais surtout par ce qu’il était, sa façon de se comporter avec ses collègues de l’orchestre: d’humeur égale, souriant, attentionné et amical envers ses partenaires. Ainsi naquit en moi le désir de lui ressembler et d’être plus tard un homme comme lui.

L’année suivante, j’entrais à l’école Normale où, en plus des matières d’enseignement général, j’appris à jouer de l’orgue. Puis je devins instituteur et, un jour, alors que mes collègues m’avaient demandé d’organiser un concert pour notre fête annuelle, quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer «mon» pianiste lors d’une répétition pour un «quatre mains»! Je lui parlais des concerts dans le grand magasin. Il m’expliqua que c’était une période où il envisageait de quitter l’enseignement pour se tourner vers une carrière de concertiste. Mais, finalement, il était revenu à son métier d’instituteur.

Après la répétition, la conversation s’engagea et je lui parlais des cours de philosophie que je suivais à Strasbourg. Il me tendit alors un petit livret vert en me disant: «J’ai là quelque chose qui peut vous intéresser»! Je pris le petit livret et lui dit: «Je vous en ferai la critique!». Rentré à la maison, je me mis à lire l’opuscule qu’il m’avait prêté: (...). J’étais captivé! Je venais de me rendre compte que ce que je lisais était la Vérité, j’étais devant un choix de vie! Ma conviction fut immédiate et entière! Lorsque je ramenais l’opuscule, à la répétition suivante, il me demanda en souriant: «Alors, la critique?» - «Il n’y en a pas!» répondis-je, «donnez-moi un autre livret!».

C’est ainsi que j’ai commencé à lire cette œuvre unique, qui a transformé ma vie entière! J’ai demandé un rendez-vous (...) et je suis allé (...) au Vomperberg, dans le Tyrol autrichien. J’y fis par la suite de nombreux séjours et j’eus le bonheur d’approcher cet être merveilleux (...).

Ce n’est que bien plus tard que j’ai mis en place cette école dont il m’avait parlé alors, sans doute intentionnellement. Non pas une école intellectuelle, comme nous la connaissons généralement, mais une école propre à éveiller et à promouvoir la spiritualité humaine.

L’ÉCOLE DE L’HOMME (...) est une école par correspondance basée sur des cours qui suscitent des vécus formateurs s’adressant à l’intériorité de chacun afin de lui permettre de s’améliorer et de progresser sans cesse, ce qui est le but de la vie terrestre. Ces cours m’ont été «dictés» par de grands guides formateurs, toutes les personnes qui les ont suivis en ont reconnu la haute tenue et la valeur.

"(...) mon chemin personnel était celui de l’intériorisation et de l’élévation éthique. J’ai suivi ce chemin, qui m’a conduit à l’épanouissement et au bonheur.

Mon idée directrice (...) est l’aspiration vers ce qui est haut et lumineux, aspiration fondamentale de toute l’œuvre (...) qui est à la base de mes ouvrages et de mes cours de L’ÉCOLE DE L’HOMME.

Deux valeurs (...) m’ont particulièrement touché:

1°/ l’idée de l’obligation fondamentale de l’homme, qui est l’effort ascendant permanent,

2°/ il n’y a qu’un seul chemin, celui de l’observation des lois universelles de la vie

 André Fischer

***

La relation avec André Fischer, même s’il pouvait parfois se montrer déconcertant, était spirituellement très stimulante. Il avait le sens de la hauteur et de la grandeur. C’est toujours une grâce lorsque l’on peut rencontrer de tels êtres sur son chemin.

Une fois qu’il était complimenté au sujet de sa tenue vestimentaire par une femme de son entourage (J.R.), il répondit:

- «Nous avons été à bonne école!».

Il disait aussi, en substance (de mémoire):

- «J’ai choisi le Chemin du Message, c’est parce que c’est dans le Message que j’ai trouvé la plus haute Notion de Dieu».

Un jour, dans les années quatre-vingt-dix, l'un de ses correspondants reçut un courrier dans lequel se trouvait un document dont le titre était: «Comment reconnaître ce qui est supérieur?». C’est probablement la première fois qu'il se trouvait confronté à une telle question. Oui, comment reconnaître ce qui est supérieur? L’une des meilleures questions qui soient. Depuis lors, une fois intériorisée, cette question ne quitte jamais plus celui qui se la pose. Car c’est vraiment la grande question que devrait toujours se poser tout être humain à chaque fois qu’il découvre quelqu’un ou quelque chose de nouveau.

À vrai-dire, il n’y a pas vraiment de réponse au «comment». Mais la pré-occupation permanente de reconnaître ce qui est supérieur est vraiment excellente!




Ajouter un commentaire

 (avec http://)